Thu. Jul 18th, 2024

ACTION FUTURE 19 – Investissement

Tanguy Kamp

Depuis une dizaine d’années, l’économie chinoise tourne à plein régime, avec une croissance moyenne de 9% par an, ce qui en fait l’économie la plus dynamique de la planète. La Chine retrouve progressivement son influence historique et le rôle prédominant qu’elle a joué durant deux millénaires. Au rythme actuel, dans cinq ans, la Chine aura même dépassé l’Allemagne pour devenir la troisième puissance mondiale, et d’ici 201+0, elle pourrait dépasser les Etats-Unis pour devenir la première puissance économique au monde. La Chine est devenue un pays incontournable pour les investisseurs, mais dans cette Asie émergente, la Chine n’est pas le seul pays dont il faut tenir compte. Focus sur les pays émergents asiatiques.

Investir dans les pays émergents 
A l’heure actuelle, il n’existe pas de définition universellement acceptée du concept de marché émergent. Des pays comme la Chine, la Corée du Sud, le Brésil ou le Mexique viennent immédiatement en tête lorsqu’on pense aux marchés émergents. Toutefois, ce ne sont que quatre marchés parmi la trentaine qui sont considérés comme émergents par les différents fournisseurs d’indices boursiers. En l’absence d’une définition formelle, une question fondamentale se pose : sur quelles bases se fonde-t-on pour qualifier un marché d”‘émergent”? D’une façon générale, on considère comme émergentes les économies situées à la frontière entre les pays en voie de développement et les pays développés. Il faut toutefois reconnaître que cette définition est trop large pour être utile en pratique. Mieux vaut, dès lors, recourir à des éléments objectifs comme le PIB par habitant, l’environnement macro-économique, la taille du marché et de ses entreprises, sa liquidité et sa transparence, son degré d’ouverture aux investisseurs étrangers, la qualité de la gouvernance, le degré de corruption, et le profil risque /rendement des marchés financiers. Cette différence permet de faire le tri entre les marchés émergents et les autres marchés. A ceci près, que l’on constate que de plus en plus de pays dits émergents sont sur le point de passer sur le versant développé.

Investir dans les pays asiatiques 
Pour l’investisseur qui veut diversifier son allocation géographique et se positionner sur les marchés émergents asiatiques, ce sont en premier lieu les bourses de Hong-Kong (Hong-Kong fait partie des bourses chinoises) et de Singapour qui sont les plus développées. Ces deux pays ne sont plus considérés comme des marchés émergents. Les agences de notation leur attribuent la plus haute note disponible en matière de qualité de crédit. Les entreprises cotées sur ces marchés doivent répondre à des critères de transparence et de liquidité comparables à ceux des bourses européennes et américaines. La corruption y est nettement moindre que partout ailleurs. Ces deux économies, qui sont très ouvertes aux investisseurs étrangers, sont principalement axées sur le secteur des services, nettement moins volatil que des économies plus industrielles et agricoles comme la Chine ou l’Inde. L’indice de la bourse de Singapour, le Straits Times, se compose d’une cinquantaine de valeurs, principalement dans le secteur de la finance, des télécommunications et de l’immobilier. Il y a également beaucoup de conglomérats cotés sur ce marché, tels que Keppel Corp. ou Jardine Matheson Holdings, ou encore la compagnie aérienne Singapore Airlines. L’indice Strait Times a plus que doublé sur les 3 dernières années. Parmi les grandes valeurs, on retrouve les banques UOB, DBS et OCBC qui, à elles seules, représentent près du tiers de l’indice. Il est également possible d’acheter ou vendre des contrats « futures » sur la bourse de Singapour.

Acheter ACTION FUTURE 19 – version numérique -version papier

http://www.action-future.com/index.php/2006/04/12/action-future-19/

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *