Thu. Jul 18th, 2024

Synthèse de l’université d’automne de l’AFATE

ACTION FUTURE 34 – Analyse technique

Marco Azoulé

L’Association Française des Analyses Techniques (AFATE) a récemment tenu sa traditionnelle Université d’Automne. Ouverte aux professionnels et investisseurs individuels, cette matinée thématique visait à partager les connaissances en analyse technique dans le cadre d’une application concrète au travers de l’expérience de trois gérants utilisant l’analyse technique à plus ou moins haute fréquence, et ayant tous traversés la crise boursière avec succès. Partenaire de cet événement, Action Future propose ici une synthèse des trois conférences qui ont apporté un éclairage sur la gestion des émotions, sur la complémentarité entre analyses technique et fondamentale et sur les bénéfices d’une gestion du risque rigoureuse.

La première conférence fut présentée par Lionel Duverger, co gérant chez B*Capital (Groupe BNP-Paribas). Il participe depuis 5 ans à la gestion d’une poche trading de la gestion Quantitech*, une gestion directionnelle active associée à une gestion quantitative automatisée. Lionel Duverger a construit un portefeuille de trading dont l’objectif est de dégager une performance positive annuelle de 7 à 10% en moyenne, quel que soit le sens du marché sur longue période (haussier, baissier ou neutre) et ce avec une volatilité et un risque largement maîtrisés.
Il s’agit là de trading discrétionnaire et non pas d’un système de trading automatisé. A l’issue d’une analyse technique approfondie, Lionel Duverger décide ou pas d’investir sur un titre, avec à chaque fois la définition d’un point d’entrée, d’un objectif de prix, et d’un point d’invalidation (stop loss) qui, s’il est atteint, déclenche la clôture de la position en perte. Le but ici est d’optimiser le ratio gain moyen/perte moyenne pour terminer en territoire positif (voir illustration 1). Lionel Duverger a insisté sur l’influence des biais émotionnels sur la performance finale de l’opérateur et l’importance pour ce dernier de bien les gérer. A partir du moment où l’on met de l’argent sur la table, le sien ou celui de clients, cette implication financière impacte forcément les émotions : de nombreux biais psychologiques en découlent et compliquent considérablement la bonne et objective gestion des positions prises sur le marché.

Acheter ACTION FUTURE 34 (version numérique) – version papier

http://www.action-future.com/index.php/2010/01/12/action-future-34/

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *