Tue. May 28th, 2024

Par etoro

Les 18-34 ans sont deux fois plus susceptibles que leurs aînés d’avoir augmenté leur allocation en liquidités.

  • 64 % des jeunes investisseurs français ont augmenté leur allocation de liquidités au cours des six derniers mois, contre seulement 38 % des plus de 55 ans.
     
  • La garantie de rendements élevés et la facilité d’accès sont les principales raisons pour lesquelles les jeunes investisseurs augmentent leur allocation de liquidités.
     
  • Les 18-34 ans sont deux fois plus susceptibles que les plus de 55 ans de privilégier les liquidités en raison de la hausse des coûts hypothécaires (14 % contre 1 %) et de la hausse du coût de la vie (26 % contre 12 %).

Les jeunes investisseurs sont deux fois plus susceptibles que la génération de leurs aînés d’avoir augmenté leur allocation aux actifs liquides, comme les comptes épargnes par exemple, au cours des six derniers mois, selon les données du dernier Retail Investor Beat (RIB) de la plateforme de trading et d’investissement eToro.

Dans l’étude menée auprès de 10 000 investisseurs particuliers dans 13 pays, 65 % des investisseurs âgés de 18 à 34 ans ont déclaré avoir augmenté leur allocation en liquidités au cours du second semestre 2023, contre seulement 32 % des plus de 55 ans. 

En France, on observe également cette tendance chez les jeunes investisseurs (64 % chez les 18-34 ans contre 38 % chez les plus de 55 ans). Pour expliquer cette orientation, qui va à l’encontre de l’idée traditionnelle selon laquelle les investisseurs plus âgés privilégient les liquidités à l’approche de la retraite, les investisseurs évoquent différentes raisons.

Lorsque l’on demande aux investisseurs français quelles sont les principales motivations qui les poussent à placer davantage de fonds dans des actifs liquides, les raisons les plus souvent citées par les jeunes sont la garantie de rendements élevés (21 %) et la facilité d’accès (20 %), des réponses qui tombes en quatrième et troisième position chez les plus de 55 ans, qui justifient plutôt ce choix par la volonté de réduire le risque (31 %) et la facilité d’accès (16 %).

En France les 18-34 ans sont plus nombreux que les plus de 55 ans (13 % contre 6 %) à déclarer qu’ils privilégient les liquidités par rapport aux investissements dans le contexte actuel.

Antoine Fraysse Soulier, responsable des analyses de marché chez eToro, a commenté ces données : “Traditionnellement, les jeunes investisseurs ont adopté une stratégie d’investissement plus risquée car ils ont des décennies devant eux pour surmonter la volatilité et composer des rendements, tandis que les investisseurs plus âgés ont généralement réduit le risque à l’approche de la retraite.”

“Toutefois, la flambée des coûts des prêts hypothécaires, des loyers et des factures, qui a un impact plus important sur la jeune génération, a contribué à inverser les tendances démographiques habituelles en matière de risque. La plus jeune cohorte d’investisseurs estime clairement qu’elle a besoin d’un accès facile à son argent alors qu’elle continue à faire face à l’augmentation du coût de la vie.” 

Dans le cadre de l’étude, les investisseurs ont également été interrogés sur la manière dont ils utilisent ou prévoient d’utiliser leurs liquidités. 26 % des jeunes investisseurs ont déclaré qu’ils les utilisaient pour faire face à la hausse du coût de la vie, contre 12 % chez les plus de 55 ans. Plus révélateur encore, 14 % des 18-34 ans ont fait référence à des remboursements de prêts hypothécaires ou de loyers plus élevés, contre seulement 1 % des plus de 55 ans. Par ailleurs, un nombre significatif de jeunes investisseurs (20 %) ont déclaré qu’ils devaient détenir plus de liquidités car ils essaient d’acheter un logement.

Antoine Fraysse Soulier ajoute : “De nombreux jeunes investisseurs doivent actuellement trouver un équilibre, car ils ont augmenté leurs liquidités pour absorber l’impact des remboursements élevés des prêts hypothécaires et du coût de la vie. Mais en même temps, ils ont maintenu des allocations élevées aux valeurs technologiques et aux actifs cryptographiques qui ont été les plus performants de 2023. La grande question pour 2024 est de savoir si les jeunes investisseurs augmenteront leur exposition au marché boursier à mesure que l’inflation diminuera davantage et que les banques centrales réduiront les taux d’intérêt.”

Les questions relatives à l’allocation des liquidités n’ont été posées qu’aux investisseurs français qui détiennent des liquidités dans leur portefeuille (74 %), cette classe d’actifs étant la plus détenue en France, suivie par les actions nationales (52 %), les actions étrangères (29 %). 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *