Wed. Jul 17th, 2024

ACTION FUTURE 46 – technique d’investissement

Alice Lhabouz

Introduction 
La dernière décennie sur les marchés actions a été marquée par de fortes amplitudes à la hausse et à la baisse laissant les marchés sur des niveaux de performances bien inférieures à ce qu’offrent les stratégies dites sans risque comme le monétaire.
La mondialisation permet depuis de nombreuses années aux grands groupes de profiter de relais de croissance, vitale à la pérennité de leurs « business models ». Aujourd’hui, la Chine et d’autres pays émergents voient leurs croissances décélérer. Depuis quelques années, la croissance des pays matures comme l’Europe ou les États–Unis ne permet plus de faire croître les bénéfices des entreprises cotées à un rythme soutenu.
Malgré cet environnement de crise, certains acteurs du marché parviennent à tirer leur épingle du jeu comme les acteurs de la santé (vers un système plus social) ou du luxe (toujours plus de millionnaires). D’autres ont trouvé un « business model » pertinent comme Dia dans la distribution alimentaire « hard discount » ou Ryanair dans le transport « low-cost » aérien.
On observe également depuis quelques années que compte tenu de l’évolution des taux, les placements considérés comme sans risque tel le monétaire ne présentent plus réellement « d’intérêt » De plus, au vu de l’évolution des dettes souveraines, les emprunts d’États comportent désormais un risque dit de « Air-cut » (défaut partiel d’une dette souveraine, l’exemple de la dette grecque reste d’actualité).
Cette nouvelle donne de l’économie provoque de fortes disparités de performances au sein des classes d’actifs. Sur les marchés actions de fortes amplitudes de variation se sont produits au cours de cette dernière décennie. À notre échelle de gérant actions, elles se matérialisent en termes d’écarts, de performance et de valorisation, d’un point de vue intra-sectoriel et inter-sectoriel. S’inscrivant pleinement dans cette nouvelle donne, la stratégie actions market neutral cherche à tirer parti de ces écarts de valorisation et de performances sans s’exposer au risque inhérent aux variations du marché, ce qui permet d’être décorrélé de l’évolution des marchés financiers avec un objectif de performance absolu. Pour ce faire, au lieu d’investir directement sur des actifs financiers, le gérant va les arbitrer par le biais d’une position acheteuse et vendeuse tout en maintenant une exposition neutre aux marchés actions.
La position acheteuse se fait par l’achat d’une valeur comme sur les FCP classiques (Fonds commun de placement). La position vendeuse s’initie par le biais d’un produit dérivé action comme les contrats futurs (contrats futurs indiciels pays ou sectoriels) ou des CFD’s (Contract for Difference, dérivé actions).

Acheter ACTION FUTURE 46 (version numérique) – version papier

http://www.action-future.com/index.php/2013/01/10/action-future-46/

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *