Wed. Jul 17th, 2024

Par le BlackRock Investment Institute (BII) – Geopolitical Risk Dashboard

Analyse des conséquences de l’épidémie de coronavirus sur les risques macroéconomiques.

Les mesures de santé publique mises en place pour lutter contre la propagation du virus provoquent un arrêt presque complet de l’activité économique et pourraient mener à un net ralentissement de la croissance au deuxième trimestre.
La mise en place de politiques monétaires et budgétaires exceptionnelles dans les pays développés devrait permettre de limiter des dommages économiques.
Néanmoins, les conséquences de la pandémie sur la mondialisation la coopération internationale risquent d’être durables.

 

Points clés :

  • Dans un contexte de marché particulièrement volatile, les investisseurs portent une attention accrue aux risques géopolitiques : la pandémie met à l’épreuve les structures de la mondialisation et de la coopération internationale. Un des sujets géopolitiques clés que nous avions identifié en 2020 était une potentielle fragmentation des marchés. La pandémie exacerbe cette tendance et pourrait favoriser la montée en puissance des mouvements nationalistes, des nouvelles frontières, des mesures de restrictions à l’export ou des règles de distanciation sociale.
  • Les conséquences économiques de la pandémie, parallèlement à l’effondrement des prix du pétrole, auront un impact particulièrement important sur les marchés émergents, en particulier ceux qui dépendent des exportations de produits de base.
  • Le BlackRock Investment Institute souligne l’aggravation de trois risque principaux : les relations Chine – Etats-Unis, les risques de cyber-attaques de grande ampleur et les incertitudes quant aux politiques gouvernementales mises en place face à la pandémie en Amérique Latine.
  • L’attention portée par les marchés aux risques de tensions dans la région du Golfe a diminué. Le BlackRock Investment Institute maintient toutefois la notation de ce risque à un niveau élevé. La forte baisse des prix du pétrole fait pression sur les exportateurs de la région, celle-ci touchant particulièrement l’Iran. Parmi les frictions éventuelles : l’hypothèse d’une potentielle confrontation entre les Etats-Unis et l’Iran en Irak.
  • Les risques de division et de fragmentation au sein de l’Union Européenne ainsi que les tensions entre l’OTAN et la Russie demeurent au centre des préoccupations des investisseurs. Toutefois le BlackRock Investment Institute estime que les probabilités de matérialisation de ces risques restent relativement faibles.

 

Voir l’étude Geopolitical Risk Dashboard (sur Stoks Future- English version)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *