Fri. Jun 14th, 2024

Entretien avec Arnaud Bisschop – Pictet AM

ACTION FUTURE 37 – L’univers de la Gestion professionnelle

Diplômé de l’Ecole polytechnique de Paris et titulaire d’un mastère en sciences de l’Ecole Nationale du Génie Rural, des Eaux et des Forêts de Paris, Arnaud Bisshop a été consultant senior auprès du département du développement durable chez Ernst & Young, à Paris, puis chef de projet au département des vente de la Lyonnaise des Eaux (groupe Suez). C’est en 2007 qu’il rejoint Pictet Asset Management où il dirige le fonds Pictet Water. Nous l’avons interrogé pour aborder la thématique de l’eau, passer en revue les chaînes de valeur du secteur, et faire un point sur l’attrait qu’il peut présenter pour un investisseur.

Le thème de l’eau est vaste. Quels sont les différents métiers du secteur de l’eau et en quoi consistent-ils ? 
Arnaud Bisschop : Il y a en premier lieu les sociétés de distribution d’eau. Elles distribuent de l’eau aux usagers et collectent des eaux usées pour les retraiter. Elles assurent un ensemble de services comme la production d’eau de qualité, l’état de fonctionnement des infrastructures, mais aussi le relevé des compteurs des usagers et leur facturation… Ces sociétés font appel à d’autres sociétés qui sont des sociétés liées aux technologies de l’eau et qui regroupent les équipementiers (pompes, tuyaux, compteurs), les intégrateurs (ingénierie) et les producteurs de consommables (produits chimiques, pompes, etc). Elles couvrent donc tous les besoins de la chaîne de valeur de l’eau. On trouve enfin les services environnementaux dont ces opérateurs peuvent avoir besoin. Il s’agit essentiellement de sociétés de traitement de déchets solides, qui traitent notamment les boues issues du traitement de l’eau. Ces sociétés sont chargées de collecter et de stocker dans des décharges ou d’incinérer les déchets, protégeant de cette facon la ressource en eau et les nappes phréatiques.. On peut enfin citer une quatrième branche qui est l’eau conditionnée, c’est à dire l’eau en bouteille, qui peut offrir dans les pays émergents une alternative pour un accès à une eau saine.

Pouvez-vous nous donner des exemples de sociétés pour ces quatre branches d’activité ? 
Pour la distribution, on peut citer Véolia pour la France, United Utilities en Angleterre et American Water Works Co. aux États-Unis. Ce sont des grosses capitalisations dont la quasi-totalité de l’activité est liée à l’eau. Pour les technologies où les acteurs sont plus nombreux, il s’agit souvent, soit de très gros conglomérats avec une faible exposition à l’eau, soit de petites ou moyennes capitalisations avec une forte exposition à l’eau. On peut citer General Electric qui est l’un des principaux acteurs sur le marché de l’équipement dans l’eau, même si cette branche représente une faible part de ses activités globales, et ne se trouve donc pas dans notre fonds. Toujours aux États-Unis, on peut citer ITT qui est un conglomérat dont 40% de l’activité est liée à l’eau et qui est le leader mondial, via sa filiale Flyght, des pompes pour les usines d’assainissement. On peut également citer Roper Industries qui fait des compteurs intelligents pour l’eau, un secteur qui se développe assez rapidement.

Acheter ACTION FUTURE 37 (version numérique) – version papier

http://www.action-future.com/index.php/2010/09/12/action-future-37/

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *