Wed. Jul 17th, 2024

ACTION FUTURE 24 – Investissement

Léo Golovine

Aujourd’hui,il n’y a probablement plus un seul investisseur un peu attentif qui n’ait déjà entendu la fameuse abréviation « BRIC » (ou parfois « BRICK », avec le K pour la Corée). La lettre R y est représentée par la Russie. Les sigles lancés par les analystes anglo-saxons sont commodes, mais le plus souvent ne veulent rien dire… La Russie est réellement un pays à part, et la seule chose qui la rapproche de la Chine, de l’Inde ou du Brésil, du point de vue économique, c’est évidemment son énorme potentiel de croissance. Mais à faire des comparaisons plus poussées, on réalise combien les situations de ces pays sont disparates et combien pour un investisseur averti, l’approche appropriée à chacun d’entre eux doit être différente.

L’évolution des indices russes sur les cinq dernières années (supérieure à +350%), qui fait pâlir d’envie le CAC40 ou le Dow Jones, excite l’imagination des investisseurs occidentaux… Cependant le marché russe reste risqué et assez spécifique, et y investir demande quelques connaissances et une certaine curiosité intellectuelle, pour aller au-delà des clichés et des routes trop fréquentées.

L’économie russe :
Peu après l’arrivée au pouvoir de Mikhaïl Gorbatchev en 1985, l’URSS a subi une très grave crise financière, due à une politique fiscale inadaptée (lutte acharnée contre l’alcoolisme et la production de la vodka, ce qui a privé l’Etat d’une part considérable de rentrées fiscales, compte tenu de la fiscalité soviétique assez spécifique, sans TVA ni impôt sur le revenu véritable), cumulée avec la chute des prix du pétrole. Les premières mesures d’inspiration libérale n’ont pas été suffisamment rapides et décisives pour répondre à la crise, qui a eu raison de l’Union Soviétique, puisqu’en même temps, l’ouverture politique sous Gorbatchev, la recrudescence des nationalismes et la mort avérée de l’idéologie communiste, ont contribué à rendre la population moins patiente et moins prête à supporter la baisse sensible de son pouvoir d’achat. L’échec du putsch des
nostalgiques du régime communiste, en août 1991, a emporté l’URSS aux oubliettes de l’histoire et a propulsé au pouvoir Boris Eltsine.

entretien avec Peter Leeds
Propos recueillis et traduits par Sohail Asghar

ACTION FUTURE 24 – APPROCHE D’INVESTISSEMENT

Acheter ACTION FUTURE 24  (version numérique) – version papier

http://www.action-future.com/index.php/2007/07/12/action-future-24/

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *