Tue. Jun 25th, 2024

Vincent Boy, Analyste marché chez IG France

 

Les Etats-Unis ont enregistré près de 2000 nouveaux décès et environ 30 000 nouveaux cas durant les dernières 24h, ce qui représente environ 40% des nouveaux cas constatés au niveau mondial.

 

Alors que ces augmentations représentent les plus fortes hausses depuis le début de l’épidémie, les gouverneurs des Etats les plus touchés persistent, dans un discours commun, sur le fait que le pic pourrait être atteint. Le président américain adoptait le même discours hier à la clôture des marchés lors de son allocution journalière sur la situation.

 

Les marchés ont fortement rebondi depuis lundi, avec l’espoir de voir un recul du virus et soutenu par le marché du pétrole mais cela nous parait prématuré, alors que l’impact sur l’économie devrait être confirmé avec le début de la saison des résultats et la publication des statistiques économiques pour le premier trimestre.

 

Sur le plan financier, le secrétaire au trésor américain Steven Mnuchin préconisait une nouvelle aide de 250Mds$, destinée à fournir des prêts aux entreprises américaines, alors qu’il y a toujours des doutes sur la participation des banques à la distribution des premières aides. En effet celles-ci craignent les représailles de l’administration américaine en cas de manquement dans les vérifications réglementaires liées à ce type de prêts.

 

De son côté, le président américain a remercié hier l’inspecteur général qui devait superviser la distribution des mesures de soutien à 2200 milliards de dollars. Cela parait inquiétant pour deux raisons. La première est que ce licenciement peut remettre en question la notion de transparence dans la distribution des milliards du gouvernement américain au public et la seconde car ces contretemps pourraient ralentir le processus.

 

Au-delà de la situation aux Etats-Unis, le marché du pétrole progresse toujours de plus de 20% depuis le tweet de Donald Trump sur une baisse potentielle de 10 à 15 millions de barils par jour de la part de l’OPEP. Or cette annonce du président américain semble de plus en plus mise à mal par les commentaires venant de l’OPEP+. En effet, bien que l’organisation prépare une réduction de la production et doit se réunir demain, celle-ci ne se fera que si les Etats-Unis participent.

 

La première puissance mondiale est le plus grand producteur de pétrole et doit participer à l’effort collectif pour stabiliser le marché, mis à mal par le Covid 19 et la guerre des prix lancée par l’Arabie Saoudite et la Russie.

 

Les cours du pétrole progressent ce matin dans l’espoir d’une réduction décidée demain mais n’oublions pas que la baisse de 30% en une journée début mars a été constatée suite au désaccord entre la Russie et l’Arabie Saoudite. Ainsi cette situation pourrait se poursuivre et aucun accord pourrait être trouvé, surtout si les Etats-Unis persistent dans le fait de ne pas se sentir concerné par de telles mesures.

 

Sur un autre sujet, le premier ministre du Royaume-Uni est en soins intensifs depuis deux jours et bien qu’il n’ait pas besoin de respirateur, ce dernier aurait reçu de l’oxygène. Par ailleurs, bien que la situation semble stable, celle-ci reste inquiétante selon les proches de Boris Johnson. Dominic Raab assure pour le moment l’intérim mais les solutions en cas de décès du premier ministre restent pour l’instant encore assez flou. Atteint par le coronavirus il y a maintenant deux semaines, les jours à venir devraient être déterminants pour Boris Johnson.

 

Dans la journée, peu de statistiques sont attendues et les investisseurs seront attentifs aux commentaires de l’administration américaine sur le marché du pétrole, l’état de santé du premier ministre anglais et bien sûr l’évolution du virus aux Etats-Unis pour tenter de confirmer ou non les commentaires des gouverneurs américains sur le pic de l’épidémie.

 

Enfin, nous surveillerons de près la publication des minutes de la Fed à 20h ce soir. Ce document résume la dernière réunion de politique monétaire de la réserve fédérale américaine, en l’occurrence celle du 18 mars.

 

Ce document ne donne en général que peu d’informations nouvelles mais étant donnée la rapide évolution de la situation, celui-ci pourrait permettre d’anticiper les prochains mouvements de la Fed mais également de préciser ses perspectives concernant l’économie américaine.

 

La BCE se pliera à l’exercice demain à 13h30 pendant que le président de la réserve fédérale, Jerome Powell, donnera un discours à Washington sur la situation économique du pays à 16h.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *